Archives

par

Le projet Lubartworld consiste à retracer les parcours sociaux et migratoires, ainsi que les trajectoires de persécution d’un groupe de plus de 3 500 individus sur tous les continents : il engage ainsi une recherche d’archives de grande ampleur, dans une démarche à la fois microhistorique et transnationale. La mise en regard de ces différents corpus soulève un ensemble de questions méthodologiques. Il est important de noter que ces archives sont, pour la grande majorité d’entre elles, accessibles sans autorisation. Nous mentionnons lorsque ce n’est pas le cas.

Certificat officiel de résident édité à Shanghai, début des années 40 © Atlanta Jewish Times

Les procédures de notre enquête prosopographique sont principalement de deux ordres : d’une part, il convient d’établir des listes de personnes dont on peut dire qu’elles sont originaires de la ville de Lubartów. Ce point, délicat, pose celui des frontières du groupe considéré [1]Pour un exemple sur le cas des Juifs de Lens pendant la Seconde Guerre mondiale, voir « Retour sur ...continue. Concrètement, cela signifie dépouiller des archives locales de recensements de population ou interroger des sources en se fondant sur le lieu de naissance. D’autre part, nous nous attelons à rechercher, de manière nominative cette fois-ci, les individus considérés comme originaires de Lubartów dans un ensemble de fonds en croisant les informations disponibles sur leurs noms, dates de naissance, lieux de naissance, etc. Les corpus d’archives se construisent donc au fur et à mesure que la recherche avance. Nous en avons d’ores et déjà défini quatre ensembles.


Les sources sur la ville de Lubartów et ses habitants

Les archives polonaises relatives à l’environnement de départ de l’enquête, autrement dit l’histoire de Lubartów et de ses habitants, sont systématiquement dépouillées afin de mieux connaître les individus qui composent le groupe de départ et notamment d’enrichir nos connaissances sur sa stratification sociale et économique comme sur les migrations à l’intérieur de la Pologne. Il s’agit de travailler sur les fonds des archives locales, régionales et nationales. Recensements de la populations, annuaires professionnels, sources d’état civil (actes de naissance, de mariage et de décès) mais également listes des membres des différentes communautés religieuses, des partis politiques, des associations, listes électorales, archives judiciaires sur les périodes de l’entre-deux-guerres, la guerre et l’après-guerre peuvent être trouvés principalement aux archives de Lublin, à l’Institut historique juif, aux archives nationales polonaises de Varsovie  et à l’Institut pour la mémoire nationale.

Page du registre de population de Lubartów, 1932 © Archiwum Państwowe w Lublinie

Le registre de la population de Lubartów de 1932

La population de Lubartów fut enregistrée à plusieurs reprises par les autorités locales depuis la fin du XIXe siècle, puis après l’indépendance de 1918, et de nouveau en 1932.


Les archives des migrations

De multiples fonds d’archives à la fois nationaux et internationaux permettent de documenter les itinéraires des personnes originaires de Lubartów dans les différents endroits du monde où elles ont migré. La méthode suivie consiste à chercher des indices de leur migration et à pister les traces laissées dans les différents pays où ils ont migré. Cette section n’en est pour le moment qu’à ses débuts mais est appelée à se développer au fur et à mesure du projet.

Arolsen Archives, Fichier central des noms © Michael Probst/AP

Les archives de l’ITS

Dès 1943, la Croix-Rouge britannique coordonne les premiers efforts pour retrouver les personnes disparues dans les territoires nouvellement libérés par les Alliés.

Les dossiers de migration de l’OIR

De nombreux migrants se sont enregistrés auprès de l’Organisation internationale pour les Réfugiés au sortir de la Seconde Guerre mondiale.

Tampon de l’Organisation internationale des Réfugiés  © droits réservés
Dossier de naturalisation, ANF, BB/11/10786 art. 53552X28 © Archives nationales, France

Les dossiers de naturalisation en France

En cours d’élaboration.
Cette page est toujours en construction, n’hésitez pas à visiter le site régulièrement pour consulter les prochaines mises à jour !


Le Comité central des Juifs de Pologne et les cartes d’enregistrement des survivants en  Pologne après la Shoah

Le Comité central des Juifs de Pologne (Centralny Komitet Żydów w Polsce, CKŻP) incarne à partir de 1944 le principal organisme d’assistance et de représentation des Juifs polonais

 © droits réservés

Les sources de la persécution et de l’extermination

Les sources relatives aux processus de persécution et d’extermination des Juifs de Lubartów sont nombreuses, souvent accessibles en ligne, et de formes différentes selon les pays [2]Pour un aperçu, voir Claire Zalc (dir.), numéro spécial L’histoire de la Shoah face à ses ...continue : listes de convois, dossiers de spoliation de biens, archives conservées par l’International Tracing Service  qui contiennent une base hétérogène de sources sur les camps de concentration et les sites d’extermination… Il faut également compter avec les collections de témoignages de survivants de la Shoah, écrits et audiovisuels. Ainsi, 39 témoignages de Juifs de Lubartów sont indexés par la USC Shoah Foundation Visual History Archive  et 4 dans les Fortunoff Video Archive for Holocaust Testimonies.

liste du convoi 49, 2 mars 1943 © Mémorial de la Shoah

Les listes de convois

En cours d’élaboration.
Cette page est toujours en construction, n’hésitez pas à visiter le site régulièrement pour consulter les prochaines mises à jour !

Les sources sur les réseaux transnationaux

Nous fondons aussi l’enquête sur les archives des réseaux transnationaux. Les associations d’originaires, créées sur le modèle des organisations juives d’Europe centrale et des associations d’aide mutuelle, dites en yiddish Landsmanshaftn, assurent la fonction d’aide et d’espace social. Un livre du souvenir (yizker bukh en yiddish) est publié à Paris en 1947. Les archives du YIVO Institute for Jewish Research  conservent des fonds relatifs à ces liens communautaires, entre les principales organisations juives, ainsi que celles du Joint Distribution Committee.

Livre du souvenir de Lubartów, 1947 © Droits réservés

Les livres du souvenir

En cours d’élaboration.
Cette page est toujours en construction, n’hésitez pas à visiter le site régulièrement pour consulter les prochaines mises à jour !

Les landsmanshaftn

En cours d’élaboration.
Cette page est toujours en construction, n’hésitez pas à visiter le site régulièrement pour consulter les prochaines mises à jour !

Commémoration des Amis de Lubartów, cimetière de Bagneux. France, années 1960, MXII_14845 © Mémorial de la Shoah

   [ + ]

1. Pour un exemple sur le cas des Juifs de Lens pendant la Seconde Guerre mondiale, voir « Retour sur enquête », dans Nicolas Mariot & Claire Zalc, Face à la persécution. 991 Juifs dans la guerre, Paris, Odile Jacob, 2010, p. 241-260 et Nicolas Mariot & Claire Zalc, « Reconstructing Trajectories of Persecution: Reflections on a Prosopography of Holocaust Victims », in Claire Zalc & Tal Bruttmann (dir.), Microhistories of the Holocaust, Oxford; New York, Berghahn Books, 2016, p. 85-112.
2. Pour un aperçu, voir Claire Zalc (dir.), numéro spécial L’histoire de la Shoah face à ses sources, Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n° 139, juillet-septembre 2018.