Sources en ligne

par

Les sources sur la Shoah et les persécutions sont nombreuses sur Internet. Ces dernières années notamment, de nombreuses bases de données nominatives, constituées à partir de sources variées, ont été mises à disposition des chercheurs et du grand public. Certaines sont dédiées spécifiquement aux victimes de la Shoah et des persécutions nazies, et permettent parfois d’accéder à des images ou à des témoignages vidéos. D’autres relèvent plutôt d’une démarche généalogique plus générale, et offrent la possibilité de récolter des informations biographiques, à partir de divers documents officiels ou d’état-civil, ou encore de listes de passagers.

Nous listons et décrivons brièvement ici les principales sources disponibles sur Internet. Les données nominatives, images et films qu’elles contiennent sont une des multiples sources mobilisées dans le projet Lubartworld. Elles sont utiles à toutes celles et ceux qui souhaitent entreprendre une recherche généalogique afin de retrouver un parent ou un proche, mais aussi historique relative aux migrations internationales et aux persécutions.


Victimes de la Shoah

Salle des noms, Musée de Yad Vashem, Jérusalem © Yad Vashem

Base de données nominative des victimes de la Shoah, Institut Yad Vashem

Les données mises à disposition depuis 2004 par l’Institut National pour la mémoire de la Shoah Yad Vashem  (Jerusalem, Israël) proviennent notamment de la compilation de témoignages de survivants, de listes de déportés et de divers documents relatifs aux persécutions. Elles contiennent les noms et des informations biographiques de 4,8 millions de Juifs victimes de la Shoah.

Bases de données des survivants et victimes de la Shoah, USHMM

Les données conservées par le United States Holocaust Memorial Museum  (USHMM) contiennent des informations sur des millions de personnes persécutées avant et durant la Seconde Guerre mondiale par le régime nazi, ainsi que sur leur situation après-guerre. Il ne s’agit donc pas uniquement de Juifs : des informations peuvent aussi être trouvées sur des Roms, des Sinti, des prisonniers de guerre soviétiques, des prisonniers politiques, des personnes homosexuelles, des personnes handicapées, etc. Les nombreux partenariats initiés par l’USHMM avec des centres d’archives à travers le monde ont permis la constitution et l’addition de bases de données souvent relative à des lieux et des situations plus spécifiques : demandes de passeports avant-guerre, civils évacués en Asie centrale, survivants juifs en Pologne en 1945, listes diverses tirées des archives de la Croix-Rouge, etc. Leur nature est très diverse et leur extension variable. Environ 60 % des données nominatives conservées à l’USHMM sont disponibles en ligne : pour un accès complet aux données complète, il faut se rendre au musée.

Détail de la Tour des visages de l’exposition permanente du US Holocaust Museum, Washington D.C. © USHMM
Le mur des noms, Mémorial de la Shoah, Paris, Ninaraas / CC BY

Centre de documentation du Mémorial de la Shoah

Le portail du Centre de Documentation du Mémorial de la Shoah de Paris permet de rechercher des informations nominatives relatives aux personnes juives déportées de France, mais aussi aux fusillés, internés, résistants, justes, enfants cachés ou encore responsables de persécutions. Il permet aussi de rechercher et d’accéder à divers types de documents (monographies, archives, enregistrements sonores, photographies, collections audiovisuelles, etc.).

Archives en ligne de Arolsen Archives

Le Centre international sur les persécutions nazies de Bad Arolsen (Allemagne) a mis en ligne une partie de son fonds documentaire, comportant notamment des informations relatives aux personnes déplacées et aux réfugiés de l’après-guerre (voir l’article sur les archives de l’ITS) ainsi qu’aux camps de concentrations, ghettos et centres de détention nazis. Il est notamment possible de rechercher des noms dans des listes de prisonniers et des listes de transport, les recensements des étrangers et des Juifs opérés en Allemagne en 1945, ainsi que les documents liés aux migrations d’après-guerre (camps de personnes déplacées, lieux de transit, manifestes de bateaux et d’avions, etc.). Seule une partie des informations est disponible en ligne.

Index central des noms, Bad Arolsen, © Arolsen Archives, Cornelis Gollhardt
Entrée principale du camp de concentration Auschwitz-Birkenau

Prisonniers et déportés d’Auschwitz-Birkenau

Cette base de données provient d’un long travail de récolte et de compilation des collections de documents provenant de l’administration SS du complexe de camps. Ce travail, commencé en 1991 par le musée d’Auschwitz-Birkenau, permet aujourd’hui d’accéder à plus de 440 000 entrées nominatives. Un recensement exhaustif de toutes les victimes de Auschwitz est impossible, car de très nombreux documents ont été détruits par les SS avant la libération des camps. Cette base de données constitue néanmoins un outil majeur de la connaissance et de la mémoire de l’extermination des Juifs d’Europe.

Archives de l’American Jewish Joint Distribution Committee

Les bases de données de l’American Jewish Joint Distribution Committee (JDC) sont diverses : photographies, films et audios, textes ou encore artefacts. La base de données nominative (JDC Names Index) contient plus de 500 000 noms de personnes ayant eu recours à ses services durant la période de l’extermination et après la Seconde Guerre mondiale, dans quatorze pays différents.

Enfants juifs en partance pour les Etats-Unis, Amsterdam, juin 1946 © JDC Archives

Témoignages

Logo de la Fondation pour la Shoah de l’USC

USC Shoah Foundation Visual History Archive

L’archive numérique constituée par la Fondation pour la Shoah de l’Université de Californie du Sud  rassemble plus de 54 000 témoignages de survivants et de témoins de génocides. 3 000 témoignages peuvent être visionnés en ligne. Les autres doivent l’être sur place ou après de sites partenaires. Un moteur de recherche en ligne permet toutefois d’interroger la base de données.

Fortunoff Video Archive for Holocaust Testimonies

Cette archive, abritée par l’université de Yale, rassemble plus de 4 400 témoignages relatifs à la Shoah. Les vidéos ne sont pas librement accessibles en ligne, mais peuvent l’être depuis environ 70 sites dans le monde.

Enregistrement du témoignage de Pierre T. pour Fortunoff Video Archive for Holocaust Testimonies, 1987, photo credit : Yale’s Fortunoff Video Archive
David P. Boder avec un magnétophone à fil Armour, Europe, 1946, © Voices of the Holocaust

Voices of the Holocaust

Cette collection de 119 témoignages récoltés en 1946 par David P. Boder, professeur de psychologie à Chicago, dans les camps de personnes déplacées, est la première histoire orale réalisée auprès de survivants de la Shoah.


Images

Un survivant pose avec son appareil photo, Autriche 1948 © USHMM

De nombreux sites internet proposent d’importants catalogues de photographies numérisées. Certains portails, déjà mentionnés sur cette page, proposent par ailleurs une recherche spécifique pour les documents iconographiques dans leurs collections. Si certains permettent une recherche nominale, la plupart fonctionnent surtout par lieu et par mots-clés.


Généalogie

Vue aérienne du Museum of Jewish Heritage, New York, © MJH

JewishGen

Ce site internet de recherches généalogiques, associé au Museum of Jewish Heritage in New York  (USA) permet d’accéder à un grand nombre de bases de données. On peut notamment mentionner la base de données des victimes et de survivants de la Shoah (plus de 2,7 millions d’entrées), ainsi que la Database of Jewish Communities, qui recense environ 6 000 communautés en Europe, Afrique du Nord et Moyen-Orient . Il est nécessaire de s’inscrire pour avoir accès aux données.

Jewish Records Indexing online database

La base de données du Jewish Recods Indexing – Poland (JRI-Poland) contient plus de cinq millions d’actes de naissance, mariage ou mort, provenant des territoires actuels ou passés de la Pologne. Il contient aussi notamment des informations tirées de registres locaux, de recensements, de listes de conscription, de fichiers scolaires, de sépultures, de passeports, de listes de décès dans les ghettos juifs.

Voir aussi le Shanghai Polish Consular Records

Cimetière juif de Otwock (Karczew-Anielin), Nikodem Nijaki, licence CC BY-NC-SA 2.0

Données des cimetières juifs de Pologne

Les données récoltées et mises à disposition par la Fondation pour la recherche sur les cimetières juifs de Pologne permettent de localiser les cimetières juifs, et de rechercher nominativement des sépultures.

Autres sites internet de recherche généalogique

De nombreux sites internet proposent des moteurs de recherche permettant de rechercher des noms dans une variété de sources généalogiques (actes d’état-civil, archives militaires, listes de passagers, documents officiels relatifs aux migrations, etc.). On citera notamment, pour la France, Filae, ou pour des recherches internationales FamilySearch ou Ancestry.
Certaines fonctionnalités de recherche ainsi que l’accès à certains documents peuvent être payants.

Logo de Filae